Pilote au sein des groupes de travail sur l’indice de réparabilité, la FICIME s’est réunie courant mars, sous l’égide du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) auprès du Ministère de l’Écologie.

Elle a fait état d’un premier retour d’expériences de la mise en œuvre des indices de réparabilité, depuis le 1er janvier 2021, sur les cinq catégories de produits concernées, dont les tondeuses et les téléviseurs.

Elle a souligné le travail et le volontarisme de ses entreprises adhérentes. Celles-ci ont, en effet, positivement déployé le dispositif malgré une publication tardive du décret d’application.

Les efforts de tous ont été remerciés par les représentants du Ministère.

La FICIME a toutefois remonté des problématiques à éclaircir avant la mise en place des sanctions au 1er janvier 2022.

Ainsi, le critère prix continue de poser des difficultés de mise en œuvre. Des divergences d’interprétation des critères et sous-critères ont été évoqués et des demandes de précisions ont été adressées au Ministère.

La réalisation d’études d’impact de cet indice de réparabilité auprès du consommateur reste une demande forte ainsi qu’une convergence avec les travaux européens pour le déploiement du futur indice.

Pour finir, des réflexions sont en cours sur une prochaine extension de l’indice à de nouvelles catégories de produits présentés par le CGDD. La FICIME fera valoir ses observations très prochainement après échanges avec ses adhérents.