Après la décision de Donald Trump d’établir des taxes sur l’acier et l’aluminium européens à l’entrée sur le marché américain, les patrons français réagissent.

L. Fauque (Ficime) : ce protectionnisme « va subir des écueils »

A la Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique (Ficime), qui fédère les importateurs-distributeurs de matériels des secteurs de la mécanique et de l’électronique, on refuse de se laisser aller à l’inquiétude. « C’est clair, avoue sa déléguée générale, Laurence Fauque, on est particulièrement attentif ». De façon générale, « nous sommes pour un multilatéralisme total. Les accords bilatéraux ou régionaux ne font, de notre point de vue, qu’introduire de la complexité et réduire la fluidité des échanges ».

Reste que « le protectionnisme à la Trump, s’il est poursuivi, va subir deux écueils », selon la dirigeante de la Ficime. D’abord, les produits taxés pendront des chemins détournés, car tous les pays n’appliquent pas ou ne sont pas soumis aux mêmes règles de protectionnisme. Ensuite, il y a les effets collatéraux pour les produits américains, qui ne sont jamais négligeables. Laurence Fauque se souvient du cas des Harley-Davidson que l’Administration américaine avait voulu protéger de la concurrence des motos japonaises en relevant les tarifs douaniers. « Quelque temps après, se souvient-elle, ces dernières avaient gagné en qualité et donc en compétitivité et les droits de douane avaient été supprimés ».

Lire l’intégralité de l’article publié sur le site lemoci.com en date du 1er juin 2018.