Après une année 2020 contrastée face à l’épidémie de Covid-19, les 417 entreprises adhérentes aux 13 syndicats affiliés à la FICIME (Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique) prévoient pour le premier semestre 2021 une hausse de chiffre d’affaires dans presque tous les secteurs et une bonne résistance de l’emploi. Mais, sans retrouver les niveaux de 2019 et sans visibilité pour la suite de l’année.

Bilan 2020 contrasté concernant les activités B to B to C liées au consommateur final
  •  le chiffre d’affaires a baissé de 2% : -12% au premier semestre mais +8% au second, soit un recul très inférieur à celui du PIB de la France (-8,3%). Un recul limité alors que, d’après la Banque de France, grâce à l’amortisseur des finances publiques, le pouvoir d’achat des ménages a été préservé en 2020

Au second semestre, les périodes de confinements allégées et de couvre-feux ont augmenté :

  • Les besoins d’équipement informatique (pour le télétravail) et les envies de loisir (bricolage, tv …).
  • La croissance du marché de l’électronique et de l’impression grand public qui a bondi de 3,5%, grâce aux ordinateurs portables, notebooks, et imprimantes pour le télétravail et l’enseignement à domicile, et aux équipement TV (Netflix) lors des fêtes de fin d’année.
  • Les ventes des grossistes informatiques sur le marché des particuliers ont progressé de 2% sur 2020 pour les mêmes raisons.
  • Gros succès aussi pour les matériels de mobilité (smartphones, tablettes, PC Portables portés notamment par les Notebooks/Chromebooks), kits d’évolution PC, accessoires IT comme les « docking stations », les écouteurs et casques et les moniteurs.
  • Les ventes aux consommateurs d’outillage électroportatif et de matériels pour espace vert ont fait encore mieux : + 4% sur l’année (+ 30 % au second semestre grâce à l’outillage, le matériel de bricolage ou pour le jardin avec un boom des ventes sur les sites d’e-commerce).
Une année morose pour les activités B to B liées à l’investissement
  • Un chiffre d’affaires en chute de 8% (-19% au premier semestre, + 3,5% au second contre une baisse attendue de 8%, et un recul des effectifs de 1%.
  • Sans surprise, le secteur qui a le plus souffert est celui de l’activité électronique professionnelle avec une chute des ventes de 25%, à cause de la fermeture des salles de spectacle et des annulations des festivals, l’équipement des salles de conférence n’ayant pas pu compenser, loin de là.
  • L’activité annuelle dans le secteur des matériels de BTP et manutention a plongé de 13%. Les mesures de soutien du gouvernement (élargissement de l’activité partielle, aides du Fonds de solidarité et prêt garanti par l’état) et la reprise des chantiers au second semestre auront permis d’éviter le pire.
  • La chute d’activité dans les moteurs industriels est encore plus marquée : – 14,5%, accentuée par le recul des ventes de moteur thermique.
  • Chute également de 14% de l’activité pour les entreprises de l’impression professionnelle. La tendance de fond qui était à une diminution des volumes d’impression dans les entreprises a été accélérée avec la crise sanitaire et le développement du télétravail.
  • Le secteur des machines d’emballage et de process a connu un recul des facturations de 5%, en raison du manque de visibilité et d’investissements dans les industries agro-alimentaires et cosmétiques, sans compensation suffisante par le secteur pharmaceutique.
Des secteurs sont toutefois épargnés
  • A l’inverse, la vague écologique (qui pousse au recyclage) continue à profiter aux entreprises des secteurs du reconditionnement informatique et électronique, malgré la pandémie, avec une hausse annuelle de chiffre d’affaires de 8% et de 2% des effectifs.
  • Le marché B to B des grossistes informatiques a connu lui aussi une progression des ventes, de 2% en 2020, grâce à la reprise des projets informatiques des entreprises, notamment dans le cadre du télétravail ainsi que par les ventes de logiciels de gestion des données et de logiciels de sécurité.
  • Les ventes au secteur professionnel de l’outillage électroportatif et de l’espace vert ont progressé de 4,5% en 2020, notamment grâce aux sites de spécialistes du e-commerce et à la reprise des chantiers au second semestre après le confinement strict du printemps. A noter que l’entretien-rénovation a été soutenu au 2ème semestre par le plan de relance du gouvernement sur la partie rénovation énergétique des logements avec MaPrimeRénov

« La crise sanitaire, économique et sociale qui affecte presque tous les pays dont la France continue à peser sur nos entreprises, malgré leur réactivité et leur agilité, notamment en matière d’organisation humaine. Heureusement, leur activité s’est redressée au second semestre 2020 et le premier semestre 2021 semble poursuivre sur cette tendance positive, souligne Alain Rosaz, le Président de la FICIME. Les dispositifs exceptionnels heureusement mis en place par les Pouvoirs publics ont permis à beaucoup de résister. Mais restons prudents : nous n’avons pas de visibilité pour le second semestre.»

Prévisions de la FICIME pour le premier semestre 2021

Les entreprises de la FICIME des secteurs liés à la Consommation prévoient un chiffre d’affaires en hausse de 8% – mais toujours sous le niveau de 2019 – et des effectifs en progression de 3% :

  • +8,5% de ventes dans l’électronique et l’impression grand public
  • +6% chez les grossistes informatiques
  • +21% dans l’outillage électroportatif et pour espaces verts.

Les entreprises dont l’activité est liée à l’investissement anticipent un rebond de 8% sur les six premiers mois de l’année (+2% pour les effectifs), et ce même si les ventes resteraient encore inférieures de 13% à celles de 2019.

Leurs prévisions secteur par secteur :

  • +19,5% dans le reconditionnement informatique et électronique
  • +17,5% dans l’outillage professionnel électroportatif et pour espaces verts
  • +13% dans les moteurs industriels
  • + 10% dans l’électronique professionnelle
  • +8,5% pour les matériels de BTP et manutention
  • + 6% chez les grossistes informatiques
  • + 3% dans les machines d’emballage et de process.

Seules les entreprises du secteur de l’impression professionnelle anticipent une nouvelle baisse d’activité au 1er semestre 2021 (de l’ordre de 1,5%).

Consultez l’article publié sur le site de l’Opinion le 03 février 2021