La FICIME se félicite de l’annonce faite, vendredi 28 février, par le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno le Maire qui reconnait le cas de force majeure, face aux risques croissants que représente l’épidémie de Coronavirus – Covid 19. Elle compte sur les acteurs du secteur privé pour l’appliquer également.

Cette annonce va dans le sens de son appel lancé le mercredi 26 février pour demander la reconnaissance de la situation de « force majeure ».

Le ministre a, en effet, annoncé que « L’Etat considère le coronavirus comme un cas de force majeure pour les entreprises. Ce qui veut dire que pour tous les marchés publics de l’Etat, si jamais il y a un retard de livraison de la part des PME ou des entreprises, nous n’appliquerons pas de pénalités, car nous considérons le coronavirus comme un cas de force majeure ».

Une reconnaissance du cas de force majeure

La FICIME est satisfaite d’avoir été entendue par les Pouvoirs Publics. Elle demande à ce que cette reconnaissance de la situation de « force majeure » soit non seulement appliquée par l’ensemble des acteurs publics, mais aussi par les acteurs du secteur privé. Ceci permettrait de protéger toutes les entreprises d’éventuelles pénalités de retard et de perte de chiffre d’affaires.

La FICIME avait déclaré avoir mis en place une cellule de crise pour accompagner ses 417 entreprises adhérentes des secteurs de la mécanique et de l’électronique.

Bercy a annoncé avoir également mis en place une cellule de crise face aux risques liés au Coronavirus.