La Direction de la justice et des consommateurs de la Commission européenne a rendu public une étude comportementale sur l’engagement des consommateurs dans l’économie circulaire.

Cette étude portait principalement sur les cinq produits suivants : aspirateurs, téléviseurs, lave-vaisselles, téléphones intelligents et vêtements.

Elle s’inscrit dans les travaux actuellement en cours en France et dans l’Union Européenne sur une meilleure réparabilité des produits.

Des recommandations sont adressées à la Commission européenne pour un renforcement des politiques à venir en matière d’économie circulaire, telles que :

  • Mettre en avant les bonnes pratiques, comme l’achat de produits d’occasion et la réparation de produits, jugées déterminantes pour le choix des consommateurs.
  • Faciliter les réparations : les consommateurs sont généralement disposés à réparer les produits cassés. Cependant, leurs intentions peuvent facilement être freinées, si la réparation est considérée comme trop laborieuse par rapport au simple remplacement du produit. La réparation pourrait être facilitée, par exemple, en :
    • Rendant les composants essentiels du produit remplaçables par les consommateurs ;
    • Assurant la disponibilité des pièces de rechange à long terme (demander aux fabricants de fournir des pièces de rechange pendant une période définie et également après l’interruption du produit) ;
    • Encourageant les fabricants à s’engager à réparer. Les engagements pourraient fonctionner de la même manière que les garanties du fabricant.
  • Créer des incitations financières pour la réparabilité et la durabilité.
  • Rendre les informations sur la durabilité et la réparabilité disponibles sur le point de vente.