Selon le baromètre Ficime (Fédération des Entreprises Internationales de la Mécanique et de l’Electronique), l’activité des secteurs liés à la Consommation en France a clos le premier semestre 2019 avec un chiffre d’affaires stable.

Bilan du 1er Semestre 2019 (par rapport au premier semestre 2018)

  • Baisse de 6% en valeur des marchés de l’électronique et de l’impression grand public – Cette baisse pour le secteur des téléviseurs est due à un contexte ponctuel (coup d’arrêt après le pic de vente lié à la coupe du monde de football 2018), et par ailleurs pour les secteurs audio/vidéo/impression une tendance de fond est constatée depuis plusieurs semestres à savoir un ralentissement de l’activité.
  • Hausse d’environ  9% sur le marché B to B to C des grossistes informatiques, porté par les télécoms.
  • Progression de 5,5% des ventes aux consommateurs d’outillage électroportatif et de matériels pour espace vert, avec cependant une désaffection de plus en plus grande des produits thermiques et filaires.

Perspectives pour le 2ème Semestre 2019 (par rapport au second semestre 2018)

Certains secteurs devraient bénéficier d’une amélioration de la consommation des ménages. L’activité en valeur devrait néanmoins rester stable au global. Les commandes sont anticipées en hausse pour 6 entreprise sur 10, et les effectifs attendus stables pour la moitié d’entre elles (en hausse pour 40% d’entre elles).

  • Dans le secteur de l’électronique et impression grand public, les entreprises prévoient une activité stable au global, avec cependant une hausse pour certains segments tels que TV et Electroménager. Par contre dans les secteurs audio/vidéo/impression les entreprises n’envisagent pas d’amélioration.
  • L’activité en valeur devrait en moyenne rester égale pour les entreprises du secteur des grossistes informatiques, tout en restant à des niveaux élevés.
  • Les entreprises du secteur de l’outillage électroportatif et espaces verts prévoient une deuxième partie d’année en hausse de 4% en moyenne.

Analyse d’Alain Rosaz, Président de la Ficime

La consommation dans notre pays fait mieux que résister, elle devrait même progressivement s’accélérer ce qui devrait soutenir l’activité des entreprises.

Selon la Banque de France, le pouvoir d’achat des ménages devrait progresser ces prochaines années.

Une progression soutenue par une combinaison de facteurs favorables :

  • évolution des prix du pétrole,
  • abandon de la hausse du TIPCE,
  • mise en place des mesures d’urgence économiques et sociales,
  • hausse de la prime d’activité,
  • défiscalisation des heures supplémentaires,
  • baisse de la CSG sur les retraites,
  • réindexation des retraites sur l’inflation,
  • suppression de la taxe d’habitation…

« Attention toutefois à ce que cette amélioration du pouvoir d’achat des consommateurs ne profite pas davantage à l’épargne qu’à la consommation » souligne Alain Rosaz.