Lancée en 2015, la Commission a publié les résultats de l’évaluation de la directive Machines. Cette évaluation avait notamment pour but d’estimer la pertinence de la directive par rapport aux technologies émergentes (intelligence artificielle).

 

Malgré les changements technologiques, la directive est restée pertinente. A travers la notion de marché unique, elle a permis globalement de réduire les coûts. Sa mise en place a généré un coût estimé à 136 millions d’euros par an. Toutefois, elle a permis une économie, grâce à l’amélioration de la santé et de la sécurité, estimée à 401 millions d’euros par an (l’ensemble des transactions de machine en 2015 représentaient 684 milliards d’euros).

 

Mais, des doutes résident dans son application pour les innovations numériques futures. La surveillance du marché et l’accréditation des organismes notifiés sont perfectibles. Il reste également à obtenir une meilleure cohérence avec les dernières directives notamment la basse tension et les équipements sous pression.